mardi 22 avril 2008

La prochaine fois, on ira au wok.

Il est 2h du mat', deux types renversent de la bière en trinquant avec leurs choppes dans le métro, un couple tente en vain de décoller le plan linéaire de la ligne 2... est-il un meilleur endroit pour commencer un article ?

Sushis, makis




Jusqu'à maintenant, mes critiques culinaires se sont souvent résumées à "c'est ma maman qui fait les meilleurs tartares de saumons !" (ce qui est vrai, je tenais à le préciser).
Passons donc à quelque chose de moins évident, et écrivons ma première vraie critique culinaire.

Ils sont partout, et ils se multiplient, ils se ressemblent, mais sont tous différents : les resto japonais.
D'abord les deux que je préfère en ce moment :
- Sushi West (K) (là où la photo a été prise) : plusieurs restaurants à Paris. Un peu cher mais original et très bon. Ils font un super tartare de saumon (mais pas aussi bon que celui de ma maman).
- Tokyo Délice (ou Tokyo Nakata, ça dépend) 6 rue de Douai dans le 9ème. Pas cher, et toujours extra. Mais les clients sur place passent bien après les livraisons, surtout le dimanche soir. J'y prend le menu morfale : 4 sushis, 4 sashimis, 6 makis, 5 brochettes (+ soupe, salade, riz) : 16,50€.

Entrons maintenant dans le vif du sujet : le resto que je n'ai pas aimé.
Évacuons les deux points positifs : la carafe d'eau est toujours pleine, les serveurs s'en font un point d'honneur, et j'ai 'un peu' sali leur entrée avec mes chaussures boueuses.
Les prix ne sont pas prohibitifs, le chirashi est à 11€, mais c'est vraiment cher pour ce que c'est.
Commençons la visite. Première impression : "hmm... odeur étrange...". Tant pis, il est déjà tard, on reste. Ce qui n'a pas été la meilleure idée qu'on ai eue...
La salade est trop salée, un peu piquante, un arrière goût de liquide vaisselle. Ne comptez pas sur la sauce sucrée pour améliorer l'entrée, elle est mauvaise aussi (et elle est salée...). La soupe, il y en a deux fois moins qu'ailleurs. Le saumon est bas de gamme, la dorade est filandreuse, les boulettes de poulets ont aussi l'option liquide vaisselle. Le dessert, on a préféré le prendre chez Häagen-Dazs.
Parlons un peu des serveurs. Déjà, ils ont des tout petits bras. Ou alors, c'est juste qu'ils ne voulaient pas les tendre pour atteindre la deuxième table : on a du se passer les plats pendant tout le repas. Par contre si vous êtes en bout de table, n'espérez pas manger tranquillement... En effet : coutume étrange, ils n'attendent pas que tout le monde ai fini pour commencer à débarrasser. Du coup les serveurs bougent deux fois plus, et c'est deux fois plus fatigant. Surtout à cause de la serveuse traîneuse de pieds style "j'aime pas mon métier et je veux que vous le sachiez tous". Et puisqu'on parle d'elle, attendez vous à un regard noir de sa part si elle trébuche sur votre sac, posé à coté de la table. Ça contraste avec celle qui se repends en excuses parce qu'elle vous a frôlé le bras...
Reste celui qui vous amène vos brochettes, mais qui au lieu d'échanger son assiette pleine contre votre assiette vide, préférera déplacer les brochettes à la main.
L'addition est amenée avec des bonbons, mais sans serviette chaude.

La déco est banale, on peut voir les cuisiniers travailler (en tout cas pour les brochettes) si on est assis au bon endroit. Nous, on était au fond du resto, à coté du radiateur trop chaud et de la plante trop envahissante.

Restaurant Sakura, 46 rue de la Roquette, dans le 11ème.
De rien pour la pub, ça me fait plaisir...

2 commentaires:

Tareum a dit…

Merci mon Bichou, mais mon tartare de thon, il n'est pas bon ou quoi?

Marine a dit…

Rémy en critique gastronomique c'est plutôt sympa !!

Je suis pas très bon juge des restaurants, par manque de points de comparaison.
On a pas du entrer dans un restaurant depuis que j'ai 11 ans mais de toute manière, petits appétits d'oiseaux que nous sommes, c'est un peu dommage quand on sait qu'après l'entrée nous sommes déjà rassasiés.